Blind movies

L’œil, au milieu de la tempête, entre chaque battement de paupière,
distingue une multitude de signes mouvants.
Tout autour, c’est une chute, le monde projeté en tant qu’image,
érigeant les écrans de sa propre décadence.

Que voyons nous ?


photos © Marc Mounier-Kuhn
p-BlindMovies-1 p-BlindMovies-4 p-BlindMovies-5
pixel
p-BlindMovies-7 p-BlindMovies-13 p-BlindMovies-31
pixel
p-BlindMovies-37 p-BlindMovies-52 p-BlindMovies-55
pixel

Chaque instant du réel peut-être photographié, filmé, examiné, observé, épié, surveillé, contrôlé, et instantanément, ces images, produites tant par la main de l’homme que par des machines de vision, s’inscrivent sur les écrans du monde et percutent l’œil médusé des spectateurs.

Que voyons nous ?

Ces images qui apparaissent en tout endroit du réel lui confèrent une altérité troublante. Cette disjonction entre l’état du réel et ce que nous en percevons ou plus exactement ce qu’il nous en est montré, ou ce que l’on veut bien voir.

Que voyons nous ?
Cet autre qui s’éloigne inexorablement dans le reflet trouble de nos propres représentations, disparaît dans les ténèbres de l’indifférence.
Que voyons nous ?
Le monde, le monde - image qui nous montre l’homme, entre clair et obscur, images de l’homme en actes, images fascinantes et terribles d’un état du monde, monde – image, beauté fatale.

Si nous voyons des images, n’est-ce pas l’image qui nous regarde ?
Ces images qui apparaissent en tout endroit du réel et participant de l’Histoire, comme autant de signes, de traces, d’échos, confèrent à cette même réalité une altérité troublante. Nous voyons l’image et elle nous représente, immédiatement s’immobilise dans l’oeil. Nous voyons des images que nous reconnaissons en ce qu’elles sont nôtres. Ces images qui nous montrent le monde et l’homme dans le monde. De l’icône peinte sur bois à la photographie, du cinéma à la télévision, nous voyons évoluer tout autant les techniques de représentation que leur diffusion. Représentation nous projetant dans un monde où l’image est omniprésente.
Mais si ce constat pourrait introduire les éléments d’une première tentative de réponse à la question posée, que dire des machines de vision qui nous entourent et épient notre quotidien ? Des réseaux de caméra de vidéosurveillance au système électronique d’assistance au tir, de la surveillance satellitaire aux systèmes de reconnaissance de formes, autant de machines qui produisent des images qui ne sont plus exclusivement destinées à l’œil humain…
Nous vivons dans un monde d’images qui pour certaines se substituent à la réalité représentée en elles…
Ces images comme autant de fantômes, ces fantômes comme autant d’images…

La création présente un dispositif scénographique spécifiquement conçu pour une multi-projection, pour une immersion dans un espace de l’image.


Principales diffusions

Chalon dans la rue (IN) 2008
La condition publique (Février 2010)


 

pixel

genre-spectacle-vivant

genre

Création transdisciplinaire, théâtre visuel,
multi-projection, musique

auteur, réalisateur, metteur en scène

Pascal Marquilly

année

2008

durée

90 mn

équipe de création

Pascal Marquilly
Auteur – Réalisation – Mise en scène – Montage

Sophie Boulanger Comédienne
Elenore Lemattre Comédienne
Carmelo Carpenito Comédien
Charles Compagnie Comédien
Léa Claessens Musicienne – Interprète
Sébastien Egléme Musicien – Interprète
Rodolphe Collange Musicien – Interprète
Xavier Laurant Musicien – Interprète
David Hazebroucq Musicien - ingé. son
Benoît Hénon Ass. montage – Régie vidéo
Cédric Lachasse Concepteur machine – Programmeur
Olivier Tison Ingénieur son
Sébastien Bausseron Création lumière
Sylvain Laval Direction technique
Smooz Régie générale
Odile Castagné Ass. recherche dramaturgique
Guillaume Quoillin Steadycameur
Eric Alirol Chef opérateur
Marc Mounier Kuhn Photographe - Graphisme
Mélanie Loisy Costumière
Manon Alirol Stagiaire montage
Sarah Calvez Chargée de production
Laurence Carlier Chargée de diffusion

équipe de diffusion

Pascal Marquilly Auteur – Réalisation –
Mise en scène – Montage

Sophie Boulanger Comédienne
Elenore Lemattre Comédienne
Carmelo Carpenito Comédien
Charles Compagnie Comédien
Léa Claessens Musicienne – Interprète
Sébastien Egléme Musicien – Interprète
Rodolphe Collange Musicien – Interprète
Xavier Laurant Musicien – Interprète
David Hazebroucq Musicien - ingé. son
Benoît Hénon Assistant montage – Régie vidéo
Cédric Lachasse Concepteur machine – Programmeur
Olivier Tison Ingénieur son
Sébastien Bausseron Création lumière
Sylvain Laval Direction technique
Smooz Régie générale

pixel

production

Groupe anonyme / Cie les sangs cailloux

co-producteurs

L'Abattoir, Centre National des Arts de la Rue (Chalon sur Saône), Nicéphore Cité (Chalon sur Saône), Festival Instants Vidéo Numériques et Poétiques (Marseille).

financements

DRAC Nord-Pas de Calais, Région Nord-Pas de Calais, CRRAV (Centre Régional de Ressources Audiovisuelles), Ville de Lille.

avec le soutien de

Constance Prod (Chalon sur Saône),
Danse à Lille (Roubaix), Himalaya (Paris),
Ciné Images (Chalon sur Saône),
Musée de la Photographie Nicéphore Nièpce, CHRU de Lille,
Etablissement de communication
et de Production Audiovisuelle de la Défense
(ECPAD),
LMCU (Lille Métropole Communauté Urbaine),
Archives départementales du Nord,
Centre Historique Minier de Lewarde,
Le Manège.Mons/CECN (Mons, Belgique),
Red Sugar (Chalon sur Saône).

téléchargement

fiche technique (pdf 196Ko)